Arbitrage IC-I — L’Alliance syndicale prend acte de l’arrêté ministériel et salue la neutralité de la ministre du Travail


L’Alliance syn­di­cale de la con­struc­tion prend acte de l’arrêté min­istériel pub­lié par la min­istre du Tra­vail, madame Dominique Vien de ne ren­voy­er en arbi­trage que la ques­tion salar­i­ale dans les secteurs insti­tu­tion­nel-com­mer­cial et indus­triel. Les dirigeants des cinq syn­di­cats représen­tant les tra­vailleurs de l’industrie de la con­struc­tion salu­ent d’ailleurs la déci­sion de la min­istre de ne pas s’ingérer dans la négo­ci­a­tion et d’empêcher l’utilisation de l’arbitrage comme un mode de négo­ci­a­tion for­cé.

«Bien que cette déci­sion ne soit pas au béné­fice d’aucune par­tie, nous ne pou­vons que soulign­er et saluer le courage de la min­istre du Tra­vail, madame Dominique Vien, de ne pas s’ingérer dans le proces­sus de négo­ci­a­tion en ren­voy­ant en arbi­trage d’autres deman­des que les ques­tions salar­i­ales. Par ce geste, la min­istre envoie un mes­sage clair aux par­ties : la négo­ci­a­tion d’une con­ven­tion col­lec­tive doit se réalis­er aux tables de négo­ci­a­tion et l’arbitrage ne peut être util­isé pour forcer les par­ties » a souligné le porte-parole de l’Alliance syn­di­cale, mon­sieur Michel Tré­panier.

L’Alliance tient à rap­pel­er qu’elle s’est enten­due durant les derniers mois avec deux des trois asso­ci­a­tions patronales soit l’APCHQ dans le secteur rési­den­tiel et l’ACRGTQ dans le secteur génie civ­il et voirie.

Les cinq syn­di­cats de l’industrie pour­suiv­ront leurs réflex­ions con­struc­tives afin d’améliorer les négo­ci­a­tions de con­ven­tions col­lec­tives dans l’industrie de la con­struc­tion, moteur économique qui représente 12 % du PIB québé­cois.

«Nos tra­vailleurs et leurs familles sont les prin­ci­pales vic­times des négo­ci­a­tions dif­fi­ciles et des con­flits de tra­vail dans notre indus­trie. Il est de notre devoir d’analyser cette négo­ci­a­tion et d’en tir­er des leçons pour ten­ter d’éviter ce type de con­clu­sions. Nous répon­dons donc pos­i­tive­ment à l’invitation de la min­istre de la ren­con­tr­er début 2018 et espérons d’ailleurs pou­voir compter sur tous les parte­naires de l’industrie dans ces réflex­ions » a con­clu Michel Tré­panier.