Rareté de main-d’oeuvre dans l’industrie


Notre président, Carl Dufour, était sur le réseau de TVA et LCN le 25 octobre dernier pour partager notre avis sur la rareté de main-d’œuvre dans l’industrie. Cliquez ici pour visionner le reportage.

➡️Les travailleurs de la construction font en moyenne 1000 heures par année, ce qui représente seulement 6 mois de travail. L’un des problèmes est que le gouvernement, qui est le plus gros donneur d’ouvrage, concentre ses contrats au cours d’une même période, créant une forte pression sur l’industrie pendant un moment. En les étalant sur toute l’année, on aurait déjà une piste de solution pour contrer cette rareté de main-d’œuvre momentanée et pour permettre aux salariés de la construction de travailler toute l’année.

➡️La CSD Construction est contre la majorité des solutions proposées par la CCQ dont celle d’autoriser un apprenti à faire les tâches d’un manœuvre pour permettre « plus de polyvalence sur les chantiers ». Les patrons sauteront sur l’occasion pour engager des apprentis payés beaucoup moins cher que les manœuvres pour faire leurs tâches, mettant en péril les occupations dans l’industrie. Les tâches des manœuvres sont bien définies et le rôle des apprentis est d’apprendre leur métier. POINT.

➡️Nous ne croyons pas que les solutions proposées par la CCQ suffiront à contrer la rareté de la main-d’œuvre. Elles serviront plutôt à favoriser les employeurs.