Santé et sécurité au travail

Lorsque vous êtes devant une situation potentiellement dangereuse – appelez sans tardez un conseiller. Il peut vous aider à éviter le pire. 1 866 899‑1029

Expert en gestion de relations de travail, votre conseiller syndical se chargera d’agir à votre place.

Avec votre accord, votre conseiller trouvera le meilleur moyen de garder votre déclaration confidentielle. Votre nom ne sera pas mentionné lors de la déposition de la plainte à votre patron.

Restez assuré, la loi est claire, votre patron ne peut pas vous reprocher que votre syndicat ait fait une plainte. Il n’a absolument pas le droit de mettre en danger ses travailleurs et ses travailleuses.

Chaque patron doit prendre ses responsabilités pour éviter que tous ceux qui travaillent en construction subissent autant d’accidents à chaque année.

Vous avez un motif raisonnable de croire que l’exécution d’un travail vous expose à un danger pour la santé, la sécurité ou l’intégrité physique ? – Vous avez toujours le droit au refus.

Vos droits

  • Si vous devez vous absenter du travail à la suite de cet accident, l’employeur doit vous payer votre journée normale de travail. De plus, l’employeur doit défrayer ou vous rembourser les frais de transport pour vous rendre chez le médecin ou au centre hospitalier de votre choix ou à votre résidence, selon votre état.
  • Vous avez le droit de choisir votre médecin. Si vous n’êtes pas en mesure de le choisir au moment de l’accident, vous pouvez changer pour un médecin de votre choix dès que vous en êtes capable.
  • L’employeur doit payer 100 % le jour de l’accident et 90% du salaire net les 14 jours suivants, pendant lesquels vous auriez normalement travaillé.
  • Pour obtenir le paiement de ces journées, vous devez fournir à votre employeur l’attestation médicale de votre médecin.
  • Si vous n’êtes pas d’accord avec une décision de la CSST, vous avez 30 jours pour CONTESTER à la révision administrative et 45 jours pour CONTESTER à la commission des lésions professionnelles (CLP).